Homoparentalité

Au Québec, des milliers d’enfants mineurs vivent avec des parents homosexuels. D’ailleurs, plusieurs études démontrent que les enfants de couples de même sexe affichent généralement des profils de développement comparables à ceux des couples hétérosexuels. Toutefois, lorsqu’un couple se sépare en raison de l’homosexualité d’un des parents, l’enfant traversera une zone de turbulence : accepter la séparation de ses parents, assister au démantèlement de sa famille, comprendre et accepter l’homosexualité de son parent, etc. D’autre part, il arrive que ces enfants soient pointés du doigt par leur entourage, à l’école, et soient la cible de commentaires blessants. Malgré l’information et la sensibilisation, l’homophobie est encore présente dans notre société et ces enfants peuvent en subir les contrecoups.

Les enfants vivant dans des familles homoparentales ne souhaitent pas entendre des paroles blessantes sur leur famille. Pour cette raison, plusieurs éviteront de parler de la situation afin d’éviter les moqueries. En effet, les jeunes dont un parent, un frère ou une sœur sont homosexuels sont plus susceptibles d’être victimes de rumeurs, de commérages et de harcèlement. Craignant cela, le jeune peut se refermer sur lui-même, fuir ses amis, négliger ses études, etc. Lorsqu’un enseignant, par exemple, remarque un changement dans le comportement d’un jeune, il peut diriger celui-ci vers un intervenant, un travailleur social, qui l’aidera à comprendre la situation, à l’accepter et à la gérer. Les parents peuvent aussi faire appel à un thérapeute conjugal et familial, spécialiste des relations de couples, de famille et des relations parents-enfants, pour les accompagner dans un processus visant à retrouver l’équilibre.

Vous voulez en apprendre davantage à ce sujet?

familleshomoparentales.org